lesyeux desalma

lesyeux desalma

Tradi dance de chez nous

La danse est un outil de réjouissance. Lorsque nous écoutons un son de tam-tam, l’envie de bouger devient automatique. Cette envie reflète l’animation culturelle qui existe en nous et qui justifie notre appartenance à un groupe sociale. De nos jours le son est utilisée pour la détente, pour annoncer un événement et pour bien de choses.

Les instruments de musique sont des réservoirs de richesse. C’est un objet qui peut  produire un son à la portée du musicien qui sait s’en servir.  A travers leur diversité, ils ont chacun un rôle à jouer en fonction des rythmes qu’ils produisent. Au Tchad, dans certaines communautés, hormis sa participation dans les réjouissances festives, il est source d’information. Pendant longtemps au moment où la technologie n’était pas avancée voir  née, le tambour particulièrement à d’autres a joué un grand rôle dans la communication.  Selon Ahmat, un jeune technicien, chez lui au Baguirmi, le tambour est un instrument qui sert à transmettre un communiqué via ses vibrations. En fonction des sons qu’il produit, l’on sait de quelle genre d’information il s’agit. Il peut s’agir de la visite d’un roi dans une mosquée, ou d’un autre type de déplacement.

Lors de la fête du cinquantenaire, des instruments de musique tchadiens ont été exposés au Centre Culturel Baba Moustapha pendant une semaine. Cette exposition avait permis aux tchadiens d’avoir une certaine connaissance de l’utilité de leurs outils musicaux et aux groupes ethniques à qui ils appartiennent. Parmi eux, nous avons observé des outils à corde, à vent à percussion, à combinaison dont le xylophone, le tam-tam, le tambour, etc. utilisés par les groupes culturels Sarah Kaba, Gourane, Baguirmiens, Ngambaye, Kanembou…

Selon un chercheur, les danses d’où qu’elles soient, seraient née d’une imitation du mouvement de l’être vivant. Il peut s’agir des ondulations du vent, du mouvement des animaux ou d’autres. Lorsqu’elle est propre à une région ou à une communauté, elle devient une danse traditionnelle. Elle exprime l’appartenance d’un peuple à une culture commune.

L’ensemble de nos danses traditionnelles constitue un patrimoine culturel une voie de survie pour chaque culture, vu que nombreuses valeurs disparaissent jour après jour à cause des assimilations et le brassage. Elle marque notre histoire et doit occuper une place importante dans le cercle social, économique et politique. Le ballet national, le danseur Hyacinthe Tobio et Rodrigue Ousmane ainsi que d’autres danseurs et groupes que nous n’avons pas cité contribue à la valorisation de notre culture à travers cette discipline. Considérée comme une mode d’expression la danse n’accompagne pas seulement nos cérémonies festives elle a une grande  influence sur notre état spirituelle.

 

Aujourd'hui la danse traditionnelle tchadienne omniprésente fait notre joie. Elle est présente dans  les manfestations culturelles internationales et nationales, dans les restaurants Bar, etc. L'avenir de cette discipline est certain car son spéctacle n'assure pas seulement une animation. Elle divulgue aussi les valeurs nationales aux touristes qui connnaissent le Tchad et pour ceux qui viennent découvrir notre pays .

 

Sally



22/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres